Chaque 3° jeudi du mois alternativement à Grâne ou à Chabrillan

Ouvert à tous
adhérents, non adhérents
Grânois,Chabrillanais ou lecteurs des villages alentours
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Prochaine réunion : le Jeudi 27 mai chez Blandine, à La Vaumane, à 16 heures.

L’auteur proposé à la lecture pour notre prochaine réunion est Dany Laferrière, auteur canado-haïtien.

Compte rendu du Club lecture du Jeudi 29 avril 2021

Présents : Marie-Claude Danel, Dominique Huysmans, Aline de Lavoreille, Agnès Paroissien, Lysiane Mondon, Jean-Pierre Tourraton, Marion Laverge.

Excusées : Monique Djouadi, Mado Liotard, Blandine de Montmorillon, Françoise Besnard.

Nous accueillons avec plaisir une nouvelle venue au Club-lecture, Lysiane Mondon, récemment installée à Roche-sur-Grâne, et lui souhaitons la bienvenue.

1. Lecture commune des romans de Franck Bouysse

L’auteur est né en 1965 à Brive-la-Gaillarde. Il a longtemps été professeur d’horticulture à Limoges. Il vit actuellement entre cette ville et sa Corrèze natale. Enfant, il a dévoré les grands romans d’aventure : R.L. Stevenson, Jules Verne, l’Iliade et l’Odyssée… Il commencera à écrire en 2004. Ses auteurs de prédilection : Jean Giono, William Faulkner, James Joyce, Jim Harrison.

Nous nous interrogeons : dans quelle catégorie placer ses romans ? Noir, policier, thriller psychologique… c’est un peu tout ça.

Les livres lus :

Grossir le ciel, éd. La Manufacture de livres, 2014. Une sorte de polar rural qui met en scène deux solitudes paysannes dans des Cévennes somptueuses et austères. Premier gros succès public : Franck Bouysse obtient, pour ce roman, le Prix du polar SNCF 2017. Très apprécié par les lecteurs du Club lecture.

Plateau*, éd. La Manufacture de livres, 2015. Un drame familial, un lourd secret de famille, un thriller psychologique dans le milieu sauvage du plateau de Millevaches en Corrèze. De très belles descriptions de la nature qui évoquent Jean Giono.

Glaise*, éd. La Manufacture de livres, 2017. Cet ouvrage a été apprécié pour son « écriture pleine de poésie, sans fioritures et tellement vraie », nous dit une de nos lectrices. « Une belle fresque sociale, un très beau livre. »

Né d’aucune femme*, éd. La Manufacture de livres, 2019. Gros succès public et critique. L’ouvrage a obtenu le Prix des libraires, le Prix Babelio et le Prix des lectrices de Elle. C’est l’histoire du terrible destin de Rose, une jeune femme issue d’une famille très pauvre qui est vendue par son père à 14 ans au « maître des forges », une sorte d’ogre barbare. On s’attache au destin poignant de cette jeune fille, puis jeune femme, qui fait preuve d’une très grande résistance, reste rebelle et réussit à laisser une trace de son destin tragique grâce à l’écriture. Une réserve est exprimée tout de même par certaines des lectrices devant une certaine « complaisance » à décrire les horreurs subies par la jeune fille. Un livre dérangeant bien que très bien écrit.

Buveurs de vent*, éd. Albin Michel, 2020. Entre policier, mystère et merveilleux, ce livre conte le destin d’une famille et de ses quatre enfants nés au cœur du Gour noir, une vallée coupée du monde au milieu des montagnes. Un roman sur la puissance de la nature, dans une langue « incandescente » et « magnétique ».

En conclusion : les romans de Franck Bouysse sont très bien écrits et construits. L’auteur sait nous tenir en haleine et nous donner envie de suivre ses personnages jusqu’au bout. On se laisse embarquer. La langue, l’écriture, sont puissantes et ses descriptions de la nature, très belles. Ses romans sont quelquefois très noirs.

Nous évoquons, un peu dans la même veine, les romans d’André Bucher, écrivain paysan installé dans la Drôme depuis 1973. (Fée d’hiver*, éd. Le Mot et le reste, 2012 ; La Vallée seule, éd. Le Mot et le reste, 2013 ; La Montagne de la dernière chance*, éd. Le Mot et le reste, 2015).

2. Les Coups de cœur

Marion présente La Familia Grande* de Camille Kouchner, éd. du Seuil, 2021. C’est l’histoire d’une grande famille qui aime débattre, rire et danser ; c’est aussi le dévoilement d’un terrible secret qui pèsera lourdement sur cette même famille et notamment sur l’auteure et son frère jumeau, ce dernier ayant été victime d’inceste de la part de son beau-père.

Sans aucun pathos, dans un style simple et direct, facile de lecture, Camille Kouchner sait nous faire comprendre les ravages psychiques consécutifs à un inceste pour la victime et son entourage, ainsi que le poids de la loi du silence.

Marion a aussi lu Ce matin-là de Gaëlle Josse, éd. Notabilia, 2021. C’est le récit d’un burn-out chez une jeune femme de 35 ans, sa plongée et sa renaissance. Une écriture claire, douce et poétique, des mots simples et justes qui nous font toucher du doigt, sans pathos, avec beaucoup de délicatesse, ce qu’est la dépression consécutive à un burn-out, cette maladie qui touche beaucoup de nos contemporains.

Aline a aimé Hamnet de Maggie O’Farrell, éd. Belfond, 2021. Le roman se déroule en Angleterre au 16e siècle. Il retrace le destin du jeune homme qui inspira le personnage d’Hamlet à Shakespeare. Un roman distrayant et dépaysant, très agréable de lecture.

Dominique présente le dernier livre de Nancy Huston, Arbre de l’oubli, éd. Actes Sud, 2021, qui traite de la vie d’une jeune femme noire américaine qui revient au Burkina Faso à la recherche de ses racines, et nous questionne sur les contradictions de notre temps, celles du féminisme et du racisme, de la procréation et du genre. Un récit sur trois générations qui nous emmène du Bronx à Ouagadougou et nous rappelle le propos d’un de ses livres antérieurs, Lignes de faille, éd. Actes Sud, 2006, qui lui a valu le Prix Femina.

Dominique a aussi lu la biographie de Maya Angelou, Tant que je serai noire, éd. Le Livre de Poche, 2009 (1981 pour la date de publication originale aux États-Unis). C’est l’autobiographie de cette auteure afro-américaine (1928-2014), poète, essayiste, professeure d’université et documentariste, grande figure des combats pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis. Un destin exceptionnel et un récit passionnant.

Lysiane a été très touchée par le livre de la poétesse française Lydie Dattas, La Foudre, éd. Mercure de France, 2011. À l’occasion de la rencontre avec celui qui deviendra son compagnon, Alexandre Bouglione, fondateur du cirque du même nom, l’auteure découvre un univers totalement nouveau, à la fois fascinant et effrayant. Une écriture belle et poétique, un livre fracassant, mais qui fait du bien.

Marie-Claude a lu La République du bonheur*, de Ito Ogawa, éd. Picquier, 2020. L’auteure est japonaise, née en 1973. Elle sait nous révéler, dans ses romans, les sources invisibles du bonheur. Son roman précédent, Le Restaurant de l’amour retrouvé*, éd. Picquier Poche, 2015, est devenu un best-seller mondial et a été adapté au cinéma au Japon.

La lecture de ses romans est apaisante et agréable en ces temps troublés.

Jean-Pierre a beaucoup apprécié l’univers de Franck Bouysse et compte poursuivre les lectures de cet auteur.

Monique Djouadi nous a transmis son coup de cœur pour L’Anomalie* de Hervé Le Tellier, éd. Gallimard, 2020 (Prix Goncourt, 2020).

L’auteur proposé à la lecture pour notre prochaine réunion est Dany Laferrière, auteur canado-haïtien.

 (PS : les livres marqués d’un astérisque* sont disponibles à la Médiathèque de Grâne.)

Prochaine réunion : le Jeudi 27 mai chez Blandine, à La Vaumane, à 16 heures.