C’est par une belle journée d’hiver que nous nous retrouvâmes au parking de l’église de Meysse mais n’ayant pas de messe nous partîmes pour notre rando.

Pour changer du covid on a pris le chemin de la Malarias, longeant le Laveyzon sur qqs centaines de mètres, on a attaqué une très bonne grimpette pour se réchauffer et gravir le Gringalon et il ne fallait pas être des gringalets.

Une petite pause banane à Chabanet s’imposait pour s’envoler avec une bonne bise à Volle et descendre dans le ruisseau de Liaud et admirer le bel ouvrage de retenue et les beaux murets en basalte.

Notre chef du jour toujours constant, nous demandait de choisir la face Sud ou la face Est pour attaquer le volcan. C’est par la face sud et des escaliers que nous avons attaqué l’ascension du Pic de Chénavari et c’est à l’abri de la lave encore chaude que nous avons cassé la croûte.

Après avoir admiré la vue et fini la sieste, on a pris la descente dans les genévriers direction les Videaux et avec un peu de Vennes on a rejoint le ruisseau de Liaud pour arriver au champ de tir.

Pour corser un peu l’épreuve on a essayé de traverser le Laveyzon ô gué, ô gué en se mouillant un peu les pieds.

Arrivé au parking de l’église, toujours pas de messe mais sœur Françoise nous avait concocté une très bonne galette arrosée de cidre, après avoir partagé la communion et remercié Mr Eric pour cette belle rando, retour maison et à la semaine prochaine pour une nouvelle aventure. Claude B.

Merci à Yvette pour ses photos.

Mardi, Alain a proposé une sortie au-dessus du joli village de Chateaudouble.
Tous chaudement habillés pour affronter le froid sec de saison et les minuscules flocons de neige, nous grimpons sur les sentiers humides vers le Serre de l’Ane. En prenant de la hauteur, nous découvrons le paysage tout blanc de givre, pour rappeler que nous sommes à deux pas du col des Limouches. C’est magique de se trouver enveloppés dans la dentelle de végétation au milieu d’un univers de rochers. Et le plus spectaculaire, après un effort soutenu dans une bonne grimpette, c’est la découverte du Pont des Sarrasins. Quel site extraordinaire fait d’une arche de pierre et de petites grottes. A voir. Nous profitons de l’abri d’une des voûtes pour manger au sec… comme au Moyen-âge ! Pour la descente, nous nous trouvons toujours dans le brouillard givrant, sauf en nous rapprochant de la plaine. Merci Alain.
Il fallait être « givré du bonnet » pour sortir avec ce froid. Eh ben non ! Bien sûr, on s’est un peu gelé les extrémités, mais on s’est vraiment régalé. Bonus, deux marcheuses ont même été frôlées par un chevreuil en course ! Ce n’est pas une blague ! … à moins que sous le bonnet ??? Et devinez qui a encore eu la gentillesse de nous offrir des pâtisseries au pique-nique et au goûter ? Merci Andrée.
Béatrice

Au départ de Flaviac, Michel B. nous a emmenés sur les crêtes qui séparent les vallées de l’Ouvèze et de l’Eyrieux.
Du soleil malgré les nuages, un peu de neige sur les hauteurs, du vent au sommet du Serre de Gruas et un coin bien abrité pour le pique-nique.
Une belle journée au grand air !
Première randonnée de l’année pour moi, j’en profite pour vous souhaiter à tous mes meilleurs voeux pour 2022 !
Bien amicalement, Geneviève